La monture du télescope

La monture dite « équatoriale à fourche » installée sur la tête du pilier est constituée de deux éléments, l’embase et la fourche. Le « tube optique » complète l’ensemble et ces trois éléments forment ainsi le « télescope ». Sur cette structure viennent s’ajouter d’autres éléments sur chacun des deux axes nommés respectivement « ascension droite AD ou AH » et « déclinaison DEC » : La motorisation ou système d’entraînement, les systèmes de positionnements et les contres poids nécessaires notamment en DEC.

De 2005 à 2014 elle a « portée » une version « bêta » composée du tube du T 314 dit « Lionel Léon », dans sa version « originale » puis « améliorée »… depuis le 6 juillet 2014 elle « porte » le nouveau T 430…

  • l’embase est un trièdre de profilés métalliques en fer « U » qui supporte la table équatoriale sur laquelle deux paliers sont fixés. Ils assurent la rotation de l’axe horaire. L’angle vertical de la table correspond à la latitude du lieu. L’orientation Nord-Sud correspond à la longitude du site. Autrement dit l’axe horaire pointe le nord géographique du lieu. Cette embase triangulaire « fixée » sur la tête du pilier par trois vis de 30 mm disposées à 120°, pré orientées une au sud et deux au nord. Elle comporte deux lumières côté nord et peut ainsi pivoter, la vis sud servant d’axe de rotation… Ce système permet de régler aisément la longitude… Le réglage de la latitude est assuré par le vissage ou le dévissage des divers écrous…Un système de serrage sur chacune des trois vis supports, réalisé avec des rondelles « sphériques » permet les réglages fins de mise en station sans aucun bridages mécaniques. L’amplitude de réglage est de 7°.
  • La fourche est fixée à l’extrémité nord de l’axe horaire. Sur chacune des branches un paliers reçoit un des deux demis axes fixés sur la caisse de déclinaison formant ainsi l’axe de déclinaison. Cette caisse de déclinaison est la partie centrale du « tube »  dit « Serrurier » .
  • A l’extrémité sud de l’axe horaire sont implantés :
    1. le système d’entraînement
    2. Le système de positionnement
  • Le système d’entraînement est identique sur les deux axes, il  est constitué d’une roue creuse dentée de 360 dents entraînée par une vis sans fin à un filet. Cette vis sans fin est mue par un moteur pas à pas après un réducteur à courroie crantée de rapport 6. La réduction mécanique totale est donc de 2160… La bonne vitesse est pilotée par le Pic Astro qui n’étant plus maintenu sera remplacé par l’ « Ardouinastro« .
    • Nota :  Le système mécanique à friction autorise les déplacements de grande amplitude « à la main » sur les deux axes ce qui nous dispense d’un système électrique plus complexe à deux moteurs…
  • Le système de positionnement identique sur les deux axes, appelé couramment « encodeur » et plus précisément « encodeur absolu« , est constitué d’une grande roue sur laquelle un code « imprimé » est lu par une webcam. Une couronne « analogique » est aussi prévue en cas de manque d’électricité…